POUR POMPON et SON PUBLIC de Charles Pennequin

Etre bien souvent le public de tout
sauf de soi-même.


soi-même en tout,
soi-même dispérsé en public,
dans un public prêt à tout !
soi-même dans sa version publiée
c’est-à-dire oubliée dans du tout-public
est-ce qu’on est prêt à tout avec soi-même ?
est-ce que soi-même c’est toujours tout-public ?
faudrait-il prendre des pincettes avec soi-même ?
oh ! vous savez, moi, c’est pas pour mon public !
le public de lui-même, c’est pas ça qu’il veut,
il comprendra rien à soi-même mon public vous savez
vaut mieux éviter
on a déjà pris des fours avec soi-même,
je veux dire : avec lui
moi personnellement, je comprends très bien
la démarche de moi-même
mais bon, pour le soi-même de tous les publics
c’est plus délicat,
faut oublier !
on les connait trop bien
on connaît trop bien chacun des soi-même
pour pas s’y risquer d’avantage
du coup on fait des tarifs de groupe,
on groupe tous les soi-même
et on en fait un tas
un tas tout-public si possible,
avec un soi-même clé en main
que lui-même, je veux dire le public,
pourra même toucher du doigt
on lui mettra un bouton si ça l’amuse
il pourra même s’amuser avec le tas de lui-même
si ça lui chante
avec le tas de soi, le public restera en alerte,
il activera le gros tas
de soi-même en lui-même
et le tour sera joué
soi-même en tas interactif,
c’est ça qui lui parle
c’est ça qui est en jeu, dans son gros tas
soit disant même
car ça parle à son soi-le-public,
ça lui remue tout son gros quant-à-soi-même
c’est ça qui lui cause, et rien d’autre
y a pu rien d’autre qui cause à soi
que le gros tas du même

dans un moi tout public

Charles Pennequin pour pompon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ajoute un commentaire si t'as des couilles

DIALOGUE OFF-SHORE OF ARMADADA SETE

ARMADADA avec Entre autre SUGAR & TIGER / WAMPAS