MODERN LOVE DU KOCH A L'ANNE (Carax vs Godard), 69 jour après Bowie



"-Mets un disque, avant que la mélancolie s'empare de tout
-J'arrive pas à choisir. J'vais mettre la radio. J'aime bien la radio."
(Leos Carax)



"Je vous parle solidarité avec les étudiants et les ouvriers et vous me parlez travelling et gros plan"
(Jean-Luc Godard)


 d'un espace-temps perdu, avant J.-C.laude Bowie, où la parole notre part commune n'avait pas encore été totalement confisquée par les écrans, la pub, le bruit autistique et assourdissant des villes et moteurs, les cachetons Sanofi/MErck/AstraZeneca/Bayer&co, la civilisation du cul et du court-circuit permanent, les injonctions à faire et ne pas parler (petit fascisme quotidien qui interdit avec le sourire et a perdu le sens de la parole performative ou du sublime PARLER POUR NE RIEN DIRE des bistrots et de la rue, cette vitale langue des oiseaux fusillée par le faire fer unfair vroumvroumcamion=canard sans tête dans mur) et les injonctions multiples à la bonne humeur et autres dogmes à belle petite gueule, 

c'est à dire la canalplussisation du corps social d'un pays de bouffeurs de gaufres et de défoncés au raisin et au lait fermentés, et l'officialisation des hystéries d'hiverses qui font les nouveaux sauvages qui citent machin ou bidule, Descartes et le rationalisme (le pauvre René qu'était si fragile et tripé, il doit se retourner dans sa tombe tous les jours!), qui ont sacralisé le cloaque du monde de l'art ou qui rendent la vie plus violente encore de leurs humeurs dégueulées à tout va, 

un espace-temps charrette où l'on avait encore le sens de se réunir en chair et en os pour pratiquer le bon vieil art de la controverse sans forcément s'aboyer dessus
pour que chacun, seul avec tous, puisse être informé que tous les seuils sont franchissables
sans avoir à se foutre en l'air  

et vive tout simplement sa vie qu'est pas si moche à la base
quand même, tant bien que mal, vaille que vaille.

mais, au milieu de ce bordel, il y a encore deux trois chilien(ne)s con carne comme cheyennes et apaches qui bougent encore :


 
"...s'il arrive qu'un Anglais vienne me visiter dans la métempsychose, je saurai le recevoir, je peux lui en faire voir de la sérénité..." 
(Noir Désir)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ajoute un commentaire si t'as des couilles

DIALOGUE OFF-SHORE OF ARMADADA SETE

ARMADADA avec Entre autre SUGAR & TIGER / WAMPAS