LDK.K. (conversation à 2 -3 voies)

L' occidentaux se prend pour des gens intelligents, il n'arrête pas de critiquer tout ce qui se fait autour de lui sans jamais rien réinventer ou rêver, des critiques et des critiques qui se pissent dessus, le monde occidental est pourrit par la parole, la vanité, un certain esprit de revanche, fiers de leur "siècle des lumières" , lui l'occidentaux ne sait pas ce qu'il y a dans l'obscurité, c'est de là qu'il tombe
c'est de là qu'ils sombrent

Rétention, retenue, calcul, méfiance, c'est-à-dire absence de spontanéité, de gratuité, de générosité. Rien n'est fait sans arrières pensées. On a laissé le côté sombre de notre époque envahir nos âmes. On pense d'abord à soi, à sa petite carrière, à son petit avancement, ou alors à son petit groupement, sa coterie. C'est l'âge de la constipation collective, c'est-à-dire du narcissisme, c'est-à-dire des petites bulles. Comment dès lors pouvoir encore entendre les affirmations de changement ou de révolution ? Pseudos paroles, paroles en l'air, bref paroles fausses, non-parole, bref grand blabla. Salut donc à tous les blablateurs !


L'occidentaux à sa langue s'enroule- rouge en pleine gorge, comme sa pensée qui l'enroule, rose, prête à vomir de son distributeur les papiers de sa pensée pour s'efforcer à s'éffacer de ses nuires à l'autre bout de l' occidentaux qui ne cesse de s'agiter à rendre son cul policier plus rutilant que jamais

Peut-être qu'il en a toujours été ainsi ? Que la force du nombre nous est tellement rentré dedans qu'on ne perçoit même plus le geste qui le reproduit en douce, en douche, malgré nos beaux dires ? Doucement. On dira plus simplement que malgré les discours et les paroles les gestes de l'âme sont tellement induits que n'y pas toucher revient à ne rien faire ou faire du vent, de la ventilation. Qu'il est bien difficile et douloureux peut-être de décaper nos gestes d'une reproduction fine et perverse de l'ordre social ?

L'occis-dentaire terrien terreur à lui même, l'occidentaux sédentaire, oublie la notion du sens sous la lumière, se prend pour l'innaccessible , une étoile occis qui, croit -il brillera à l'infini, alors, dans l'infini ridicule de son doigt majeur porté haut vindicatif dans ma direction, son néant se brise sous sa chaise de bureau pour atterir en dessous de lui, de sorte qu'il n'ira jamais vers son propre néant, qu'il n'ira jamais se perdre au-delà de la vulve qui l'enfante.


Un artiste révolutionnaire = un cercle carré.
(Jacques Jean Sicard Carrer le cercle est une possibilité virtuelle : un cercle s'inscrit dans un carré, il circonscrit aussi un carré ; s'il peut être plus petit et plus grand qu'un carré, il peut aussi être égal. En conséquence de quoi, la révolution de main d'artiste n'est pas une proposition imaginaire. )

A l'occidentaux, ça laisse dire , branché en permanence sur la misère qu'il ne cesse de broyer pour mieux l'apprivoiser, l'occidentaux est un petit prince maître d'un terre qu'il finira d'exploiter quand il n'y aura plus que lui seul, interminable, il se mangera jusqu'à ses mains, comme ses racines s'amenuisent, que le bout de sa chair sera sa langue qu'il agitera pour y lécher ce qu'il lui restera, jusqu' à sa disparition

2006 - 2016 : dix années sans domicile, dix années de nomadisme et de débrouille, dix années pendant lesquelles le petit individu que je suis a fini par devenir un révélateur des contradictions absurdes, autant dire du cercle vicieux de la grosse machine sociale.

(L'occidentaux, t'auras tout tenté pour être au chaud au fond de ta merde , j'attends, l'occidental, que tu ne puisse plus en bouger, je te regarde trépigner, mais je ne mange pas de ce pain là, )




(COLD SONG de Peursel à écouter weeper)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ajoute un commentaire si t'as des couilles

DIALOGUE OFF-SHORE OF ARMADADA SETE

ARMADADA avec Entre autre SUGAR & TIGER / WAMPAS