Parce que le cul m'irrite par camarade jérominus

Parce que le cul m'irrite


par camarade jérominus







Je crois
que je ne baiserai plus
jamais tout
ce steak en barre
étals
me barbe
ces barbie bouses
boues
affublées d'anus
tous plus ou moins
moites de mottes
glissantes &
gloussent
me laissent
chaque jour davantage
+ froid encore que
la bouche de l'autre
la biche de ma
vautre même
les sites de vieilles
salopes
m'ennuient à mourir
je n'ai rien d'autre à foutre
que de désirer
le lot de chacun
mais je ne désire plus plein
de plaies de faux plis
je crois
que je vais
me mettre
à dessiner ou
lire ou
passer un CAP d'
astronaute
mais je ne
perdrai plus mon temps
à secouer ma
queue dans un
putain de con dernier
cri et toutes options
je suis un patient
de cette vie niaise
et j'exige
un peu de compassion
mais on me colle
l'étiquette de mâle
sur le
front même
s'il ne me reste
quasimodo quasiment
plus
une once de virilité
et on m'incite à
repartir au
bas con
en vérité je vous le crie
l'amour au soir
sent le becon
la grotte
au bec vous avez
tous
l'air con l'art conditionné
exalte la muse
et sa grâce pas toute
cette graisse
mammaire ou de fesses
et mon cul
c'est du poulet
je disais hier à
Cami que je ne me branle
presque plus et
avec chaque fois plus
de difficultés
plus d'entrain pour
les arrières trains
plus de transe
pour le feu des panses
les danses collées
serrées non
vraiment
je pense que je ne baiserai
plus
ou alors des cadavres
pour avoir
l'impression d'être
vivant
et pour qu'ils me laissent
tranquille

une fois les couilles vides

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ajoute un commentaire si t'as des couilles

DIALOGUE OFF-SHORE OF ARMADADA SETE

ARMADADA avec Entre autre SUGAR & TIGER / WAMPAS