L'arrière train-train de la mort par le camarade jérominus

L'arrière train-train de la mort







Le quotidien, tu parles d'un train train. D'un arrière train train de la mort. Je sue, tangue, zigue zague, trébuche, smurfe, fonds de fièvre. L'infection de mon pied droit progresse Usain Bolt et je moisis dans une cellule poubelle, au milieu des poches en plastique qui me colonisent subrepticement, des bouteilles vides de compléments alimentaires, des mégots de gauloises. Et puis surtout, j'ai un énorme problème de cul. Ni fistule ni gerçure, non non, rassurez vous pour ma santé (hormis la santé des pieds). En fait j'ai un problème avec le cul, j'y vais à reculons, tétanisé maussade. Oui, je n'ai plus que dégoût viscérale pour la saucisse de strasbourg turgescente et grasse des garçons, pour le steak tartare moite et tiède des filles. Je ne peux plus désirer. Je ne peux plus. L'idée de fourrer mon nez dans les embruns d'un four à merde ou d'un moulin à pisse me refroidit derechef. On ne baise qu'avec des cystites, des mort nés, des poches anales. L'amour c'est se tripoter le caca pipi n'est-ce pas, du pipeau, en gros voici le rachitique camarade jérominus devenu zéro-sexuel. Voyez vous ces sveltes images dans la rue du matin, les sphincters tout juste déridés soulagés, dériver telles des DS citroën sur l'avenue des chiants aiguisés... De la fiente ! Une mauvaise histoire de toto cette survie à la con. Il me faudrait envisager d'autres perspectives que le fion.
S'occuper de politique ? Quand l'occident barbare fabrique plus ou moins indirectement daesh pour légitimer son ingérence ancestrale... Quand valls envoie des bécots avec sa petite menotte griffue à la politique criminelle israélienne... Quand la raison du plus fort est toujours la meilleure... Sans Kalach je ne vois pas trop...
S'occuper de littérature ? quand la hideuse nothomb et l’extrême limite beigbeder bidon squattent la place principale, peu me chaut. Faire du sport ? Sur une jambe, ce sera difficile pour un remplaçant de remplaçant quand j'étais sur deux quilles. Non vraiment je ne sais comment et pourquoi continuer...
Idées:
-Passer un BEP de tireur d'élite.
-Ecrire une lettre à Michel (l’entraîneur de l'OM) pour lui expliquer de faire jouer Romao en six derrière Las.
-Envoyer une missive explosive à Didier Deschamps pour qu'il vire Giroud et replace Martial dans l'axe, en neuf.
-Finalement m'offrir la kalach de mes rêves et participer un peu à la vie de la cité.

Décidément, le quotidien d'un looser et fier de l'être n'est pas des plus passionnants, vraiment pas, carrément pas ça. Vivement la quille, et surtout, Maman, Cami, Pierre, La Fraise, souvenez vous bien que je veux être cramé, pour ne servir d'engrais à rien de cette terre inique et immonde, sans majesté aucune sinon peut-être celle des doux chats des forêts. 

camarade jérominus  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ajoute un commentaire si t'as des couilles

DIALOGUE OFF-SHORE OF ARMADADA SETE

ARMADADA avec Entre autre SUGAR & TIGER / WAMPAS