JOURNAL D'EDGAR COQUILLARD, ESCARGAL BANAL

Lundi 32 octobre, à l'aube


ce week-end, j'ai escaladé un mur de 3 mètres de la cour de l'appartement (c'est toi) de John Moltibibibop et réussi à atteindre le jardin des châtelains voisins la nuit du dimanche 31 au lundi 32. long et balèze, ça grimpait sec. le jardin, je pense m'y installer deux trois décennies, selon ce que l'âge, l'humeur des maîtres et la qualité de ma bave me permettront sur les troncs tonton


Samedi 14 novembre, à l'aube


bavhvoui j'me lève à l'aube avec la rosée du matin maint'nant que j'suis escargalis banalis. bizarre : j'comprends toujours le parler humain et même, j'sais encore lire. hier, j'ai boulotté une affiche en excellent papier glacé où y'avait marqué : michèle torr en concert à Béziers, chanter c'est périr. merci la vie antérieure, c'est pas un cadeau leurs balivernes. j'me rappelle quand même des jolis mots.

alors cette nuit j'étais tranquille dans ma coquille pas au cambodge-petit pays je t'aime beaucoup- mais au jardin quand j'me suis souvenu de c'que m'a dit dieu le jour de mon entretien de changement d'vie au pôle des froids. en me pointant de son gros dodu d'index m'a dit  

-Choisis !!!  pour toi coco, la suite c'est secrétaire à canal ou escargal banal. mais avant de parler, écoute moi plutôt celle-là, qu'on s'bidonne : tu connais l'histoire de CRAC l'escargot qui boit un coup au cambodge, petit? 
-non 
-c'est un escargot, i boit une bière au p'tit cambodge et là CRAC l'escargot sous les pieds des gens qui courent et qui tombent...


(silence de gros bide)

-ET CA T'FAIT MARRER GROS CONNARD???!!!...bon ça va les blagouzes à deux balles et les entretiens à la con, tu voulais que j'prenne secrétaire à canal c'est ça? non non jamais d'la quatrième vie, j'prends escargal banal comme suite, sûr, et puis vite, qu'j'ai plus à r'voir ta gueule. p'tain on est pas dans la mouise avec des types comme ça...

ça lui a pas plu. mi-penaud mi-jmelapètegrave, il a divinecomédiment déclaré 
Ah ben ça c'est le pompon sur la cerise! Lors, Edgar Coquillar, à jamais tu seras privé de la parole mais limaçon doté d'une coquille minérale spiralique, tu baveras sans fin. ainsi soit-il.
et i m'a envoyé valser direct en escargal débutant dans la cour en béton chez John Moltibibop d'où j'ai mis des jours à escalader ce foutu mur au crépi qui râpe. c'était raide mais j'regrette rien, ça m'tendait toujours ce genre de rendez-vous. on est quand même scratchment mieux dans l'herbe à baver aux corneilles et s'étirer la limace au soleil.

 https://www.youtube.com/watch?v=LbN8bk9ljQw


Lundi 14 décembre à l'heure du thé

bahvoui le thé ça m'fait baver

on peut aller très vite en voiture mécanique ou pas 

vroumvroumvroum les humains ma toyota est fantastique

ptite rage guéguerre régionale hebdomadaire dans réservoir et

vroum vroum à pedale plus vite qu'en ma coquille 

on est beaucoup dedans 


C lourd mais tout seul C mieux 

pour les enfants

car je ne vois pas pourquoi ou de quel droit

si des jours je veux me foutre dans le mur ou les platanes ou quoi

j'embarquerais d'autres corps et âmes et biens

dans mon cercueil à roulettes ou mes boutres percées

on risque tant d'se faire écraser nous les escargals banals


i would prefer to éviter les chantages affectifs but... 

(quoiqueue) (de lotte miam miam) (de ch'val glou glou) 

(i would prefer not to tout toutou tout court tout courre je bave)


comme disait sa femme Micheline Zorra à Picasso Pablo sur son torovélo

"ah tu veux t'foutre en l'air? regarde j't'ouvre la fenêtre! vas-y saute!"

et l'autre couillon d'avignon-guernika ou d'ailleurs toujours plus au sud grognait 

en gros ours au geste fragile jet du bras avec soupir en fa bécarre si bémol selon le vent 

(bahvoui j'y étais, caché dans les salades du jour et les journaux d'la veille

ça lui f'sait plaisir à Pablo que j'lui boulotte tous ces blablas de baveux

lui faisait de l'espace) 


big up Moby Dick de Sète! big up Golden Moustache! big up Gardeners!

le dilemme peinard du chauffard chauffeur de bus 

transports en commun 

ma vroum vroum région mon vroum vroum village

boire ou séduire i faut choisir 

dévorations


souvent j'me trompe de mot 

(désolérik  fuck off môssieu orsenna)

ce que j'ai vu de la vitesse en plus des crash :

"'ne parle pas, ne pense pas, roule ma poule, trace, travaille, celèbre, schnell !" 

tous ces petits mots d'ordre pas chers moyens injonctifs intrusifs 

censure pseudolibertaire (so what??!!) 

dogmes d'époque auxquels personne n'échappe


la vitesse massive ne crée qu'oubli et sacrifice 

la cruauté en surplus 

quand le rituel ne veut même plus se voir 

ni dans la glace ni en peinture 

(tu feras ta thèse sur les 27 morts du rock'n'roll, mon fils)

aucun souvenir n'est mortel pourtant


la vitesse ascendante du canard sans tête crée 

des systèmes de bulldozers d'Ak-47 d'autoroutes et

les premières autoroutes furent développées par le IIIe reich

pour le transport de troupes et

think about it et aux filages de tapis et 

un monde qui fuse canard sans tête 

tout pareil avant la chute 

finale des masters of war


de la sainte vitesse commune dissident et hérétique 

(nous escargarls banals ne croyons pas à l'apocalypse

ni à ce qui est écrit 

car ce qui est écrit nous le bouffons et mâchons)

I would prefer to bien camoufler nos fulgurances 

sous une politique intransigeante de lenteur et d'idiotie

car ceux d'au-dessus te briseront à coup de tonfa ou par chèque

ceux d'en dessous arracheront ta peau douce d'un sourire au couteau

ou autre raffinement d'époque


la vitesse tue fumer tue vivre tue estupido médico

les fascistes ont perdu la guerre

le fascisme a gagné les esprits

i would prefer to regarder la rivière 

couler avec mes zigs et mes zags


bref 

allez tous vous faire foutre humains cracheurs

dixit Rodrigo Quirroté del HatchéTéHatché de Montepelado

avec vos bagnoles en toc et vos joujous aveugles

vroumvroumpouËtpouëtpoumpoumboumboumTNT

faites plus chier et accordez-nous un brin d'paix 

étripez-vous comme vous le sentez n'hésitez plus

fermez-la et ralentissez ou bien disparaissez


dans mon nouveau jardin des châtelains  

ya d'l'herbe et des papiers gras du miam

reste un bien étroit espace de terre pour baver mais on s'y fait 

c possible ou bien?


tiens tiens rattrape loupé chante-moi lo boièr

un ptit poème en spirale comme ma maison 

on y est bien au jardin

j'y fais escargal banal pour arrêter d'pisser dans un violon

ça monte quand ça descend et réciproquement

loin des autoroutes bulldozers

qui font toujours peur aux escargals banals

et....................CRAC L'ESCARGAL


(bahvnon merde quoi c toujours à tea time qu'on m'marche dessus quoi

bavhnon)


B.O.:
https://myspace.com/glubrut  (et 'monsieur' sur l'album Aucun but)



AUJOURD'HUI,  4H36


ah tiens, ce matin j'ai retrouvé mon journal intime...il était très bon pour le petit-déjeuner, merci!!!
(j'te l'ai dit déjà: j'adore boulotter du papier pas glacé, surtout çui avec quoi John Multibibop il écrit ses chansons tristes comme la mort de Ziggy)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ajoute un commentaire si t'as des couilles

DIALOGUE OFF-SHORE OF ARMADADA SETE

ARMADADA avec Entre autre SUGAR & TIGER / WAMPAS